Critiques de théâtre, opéras, concerts (Marseille et région PACA), en ligne sur ce blog puis publiées dans la presse : CLASSIQUE NEWS (en ligne), AUTRE SUD (revue littéraire), LA REVUE MARSEILLAISE DU THÉÂTRE (en ligne).
B.P. a été chroniqueur au Provençal ("L'humeur de Benito Pelegrín"), La Marseillaise, L'Éveil-Hebdo, au Pavé de Marseille, a collaboré au mensuel LE RAVI, à
RUE DES CONSULS (revue diplomatique) et à L'OFFICIEL DES LOISIRS. Emission à RADIO DIALOGUE : "Le Blog-notes de Benito".
Ci-dessous : liens vers les sites internet de certains de ces supports.

L'auteur

Ma photo
Agrégé,Docteur d'Etat,Professeur émérite des Universités,écrivain,traducteur,journaliste DERNIÈRES ŒUVRES DEPUIS 2000: THÉÂTRE: LA VIE EST UN SONGE,d'après Caldéron, en vers,théâtre Gyptis, Marseille, 1999, 2000; autre production Strasbourg, 2003 SORTIE DES ARTISTES, Marseille, février 2001, théâtre de Lenche, décembre 2001. // LIVRES DEPUIS 2000 : LA VIE EST UN SONGE, d'après Calderón, introduction, adaptation en vers de B. Pelegrín, Autres Temps, 2000,128 pages. FIGURATIONS DE L'INFINI. L'âge baroque européen, Paris, 2000, le Seuil, 456 pages, Grand Prix de la Prose et de l'essai 2001. ÉCRIRE,DÉCRIRE L'AMÉRIQUE. Alejo Carpentier, Paris, 2003, Ellipses; 200 pages. BALTASAR GRACIÁN : Traités politiques, esthétiques, éthiques, présentés et traduits par B. Pelegrín, le Seuil, 2005, 940 pages (Prix Janin 2006 de l'Académie française). D'UN TEMPS D'INCERTITUDE, Sulliver,320 pages, janvier 2008. LE CRITICON, roman de B. Gracián, présenté et traduit par B. Pelegrín, le Seuil, 2008, 496 p. MARSEILLE, QUART NORD, Sulliver, 2009, 278 p. ART ET FIGURES DU SUCCÈS (B. G.), Point, 2012, 214 p. COLOMBA, livret d'opéra,musique J. C. Petit, création mondiale, Marseille, mars 2014.

jeudi, août 09, 2012

OPÉRA CÔTÉ JARDIN ("Les Voix du lyrique" www.lesvoixdulyrique.com)


MIREILLE (1864)
livret de Michel Carré d’après Frédéric Mistral,
musique de Charles Gounod
Théâtre de verdure de Gémenos,
5 août 2012
Notre région est fortunée pour ses festivals d’été en plein air : à côté des grandes scènes comme Orange, Vaison-la-Romaine dans de grandioses monuments antiques, nous avons la chance d’autres théâtres sous les étoiles. S’ils n’ont pas leur antiquité, ils en affectent au moins la tournure avec leurs gradins qui semblent immémoriaux dans des cadres de verdure que n’auraient pas dédaigné les Anciens. Ainsi le théâtre Silvain de Marseille, celui du Lavandou, de Châteauvallon, nichés dans des creux de vallons délicieusement verts. Celui de Gémenos, de trois milles places, sous l’égide d’un infatigable Norbert Dol et des Voix du lyrique, voyait la naissance d’un nouveau Festival, bien nommé, pour ce lieu : « Opéra côté jardin », avec Mireille.
Les cigales chantent encore dans ce creux de verdure escarpé quelques chênes, des pins perchés gribouillés sur les hauteurs, découpés, à l’ouest, en ombres chinoises, sur les rougeurs d’un couchant qui rosit, bleuit, s’éteint quand la scène s’allume.
L’œuvre
La noirceur du soleil du midi. Histoire sombre sous les riantes couleurs provençales.
La pauvre Mireille pâtit d’un préjugé : œuvre d’un Parisien, Provençal de passage, touriste superficiel, qui fait parler en français les Provençaux : « Ah, c’Vincent! » dans la bouche de Mireille ne fait pas très arlésien du cru, à moins que cette demoiselle bien n’ait reçu une éducation bourgeoise à la parigote, dédaigneuse du parler local. Mais que dira-t-on de cette Plus belle la vie aux accents imperturbablement incolores, inodores, sans saveur locale ? Si Gounod utilise des rythmes locaux (dont la farandoles), il n’use pas beaucoup de motifs folkloriques. Mais sa richesse mélodique est telle que nombre de ses airs sont pratiquement devenus folkloriques. Il prit au moins la peine de s’installer à Saint-Rémy, d’y passer trois mois auprès de Mistral lui-même, pour trouver l’inspiration locale, sinon de la musique, de l’œuvre.
Ceci dit, la Provence de cette Mireille (1864) n’est pas plus artificielle que la langue provençale, géniale mais artificiellement recrée par Mistral pour sa Mirèio (1859), le vrai provençal étant depuis belle lurette rétréci en patois par l’hégémonie impitoyable du français, ce que le poète reconnaît lui-même dès le début en avouant son dessein de dignifier cette « langue méprisée », en l’adressant aux Provençaux :
« Car nous ne chantons que pour vous,
Ô pâtres et habitants des mas. »
On aurait donc tort d’être plus exigeant que Mistral lui-même qui adouba l’opéra tiré de son œuvre. Ceci dit, Madame Mistral fit mettre l’opéra en provençal en 1914 (fatale année des nationalismes meurtriers) qui eut un grand succès à Marseille et dont un disque (piano) existe… en Australie.
Réalisation 
Avec plus de soixante et dix artistes artistes, orchestre et chœur de la région Paca, cette Mireille était si provençale, ou plutôt si bien méditerranéenne, que, peut-être, était-il inutile d’insister à l’excès sur son « provençalisme » comme le présentateur qui, s’il amenait bien effectivement et affectivement l’action de chaque acte, enfilait trop de clichés gênants pour caresser la fibre régionale : à cultiver le local, on brouille l’universel, on se brouille avec lui. Cette histoire d’amour contrarié par la différence sociale est universelle et l’habillage provençal de Mistral et de Gounod, qui se suffit largement à lui-même, s’il dans est dans l’air (et des airs) du temps de retour folklorisant, reste intemporelle. Mistral était, malheureusement, nationaliste. Mais, fort heureusement, la culture n’a pas de patrie et personne ne reproche à Alphonse Daudet, plus Parisien que Nîmois, ses délicieuses Lettres d’un moulin plus rêvé que vécu. Donc, inutile d’en rajouter.
La réussite d’un projet se mesure à la hauteur de ses ambitions et de ses moyens. Ici, ambition la plus haute pour moyens les plus bas. Aussi ne s’arrêtera-t-on pas à la sensible faiblesse scénique qui pâtit à l’évidence d’un manque de répétitions pour ces chœurs si nombreux et trop statiques, parfois incertains aux attaques (surtout les hommes), cet éclairage fixe et ce spot cherchant les personnages sur scène. Un puits, des bottes de foin, une roue, une échelle étaient des signes minimalistes qui rendaient superflues ces haies artificielles et cyprès en pots. Les beaux costumes provençaux traditionnels, femmes en bonnet, fichu, tablier sur jupes en cretonne safran, vert olive, moutarde, rouge foncé, indiennes provençales, étaient largement suffisants pour meubler et rendre significatif ce très grand espace. La robe arlésienne sobre de Mireille, noire, avec jabot foisonnant d’écumeuse dentelle blanche, marquait bien la différence de classe, d’éducation : la distinction bourgeoise des possédants, incarnée par le père, riche propriétaire terrien, avec sa canne, menaçant symbole patriarcal du pouvoir. Les hommes, dont Vincent, en noir, gilet sur chemise blanche ouverte et taillole rouge, espadrilles, étaient aussi bien croqués.
Les personnages sont quelque peu livrés à eux-mêmes mais, comme ils ont tous une vraie trempe d’acteur couronnant un tempérament vocal expressif, cela était bien suffisant dramatiquement : trop de remplissage montre trop le vide des moyens. Sans doute faudrait-il avoir le courage, ici comme dans d’autres théâtres, d’alléger, sinon couper, les périlleuses scènes fantastiques du Val d’Enfer et dévotement cucul des Saintes : les jouer à la lettre n’en fait que souligner le côté kitsch qui prête aujourd’hui plus à sourire qu’à frémir et pleurer. Bref, difficiles à manier, tous ces encombrants moyens soulignent plus qu’ils ne masquent l’absence de moyens.
Interprétation
Il est vrai que le Val d’Enfer offre au baryton Norbert Dol, campant un Ourrias frémissant de rage et d’orgueil dans un premier air qui semble entre les arie de fureurs de Händel et celle du futur Alfio charretier de Cavalleria rusticana, l’occasion de faire éclater la beauté d’un timbre plein, au tissu uni, égal en volume, d’une voix puissante, chaleureuse, et d’un sens dramatique très convainquant, passant de la haine irrépressible à des remords aussi violents que son humeur. Le Passeur, Patrick Sabatier, se tire ensuite d’un mauvais pas, d’un passage mal assuré. En Ramon, père intransigeant et propriétaire arrogant, Franck Martinelli a un timbre coloré, sombre, mais trop couverte, la voix semble tubée et engorgée et l’élocution en pâtit alors qu’on admire l’excellente diction générale. On regrette, aux simples répliques que lui confie l’œuvre, que l’Ambroise de Frédéric Leroy, soit un rôle aussi court : sa voix est ample, profonde, un vrai père noble au sens plein du mot face à l’arrogant père possessif et possédant.
En Clémence et la redoutable « Voix d’en haut » finale, Gaël Comte déploie un joli timbre cristallin tandis que Pascale Barret est une Vincenette et un pâtre à l’émission aisée, large, chaude. La Taven de Rosemonde Bruno, un peu desservie dans ses graves profonds par l’espace et l’acoustique, est dotée d’un timbre riche, raffiné pour la sorcière mais on pouvait justement jouer sur ce contraste intéressant.
Enfin le couple de héros malheureux, même dans cet espace un peu écrasant, semble idéal dans le rapport des physiques et des voix lumineuses, méditerranéennes. Ils sont jeunes, beaux, crédibles. Bruno Comparetti, bien connu à l’Opéra de Marseille, est un Vincent viril, affrontant ses aigus sans faille avec franchise et fougue comme il fait front à son adversaire, avec une juvénile vaillance. À ses côtés, dans le rôle titre écrasant qui semble écrit pour deux voix de soprano différentes, lyrique et vocalisante dans les premiers actes, dramatique dans le dernier, Flora Fernández est une révélation. On est habitué, pour ce rôle, à des voix plus corsées mais elle s’en tire parfaitement bien par le jeu et une technique remarquable : souple et légère dans la joie, déjà dramatique dans « Trahir Vincent… », avec cette cadence époustouflante, elle réussit à bouleverser vocalement et scéniquement dans son grand air de l’acte IV aux aigus redoutables construits sur un solide médium assis sur un grave consistant, sans jamais déchirer la souplesse irisée du satin de sa voix.
De Cédric Clef, à la tête de son Azur Symphonic Orchestra (pourquoi en anglais ?), on pourrait dire qu’il est la clé du succès, même si, peu éclairé et en noir, il brouille à certains moments la perception un peu flottante des chœurs. Dès l’ouverture, sa battue géométrique est entraînante, joyeuse, tirée nettement vers la marche un peu martiale avec un appui, peut-être trop appuyé, des cuivres et percussions de musique de plein air. Mais on y retrouve une gaîté de musique du dimanche, de fête, que, bien pensé, ne devrait jamais perdre toute musique pour sérieuse qu’elle se croie, retrouvant ainsi un rôle festif de célébration populaire en communauté. C’est un rythme vif, plein d’alacrité, qui rajeunit en somme cette musique jaunie trop souvent par une sacralité compassée excessive. On est ravi de la finesse de la scène du pâtre et de Mireille enfermée. Il nous fait retrouver, avec bonheur la veine mélodique inépuisable de Gounod, qui allie science musicale et inspiration populaire avec bonheur.
Un coup d’essai d’un festival tout nouveau qui, avec de l’aide, pourrait être un joli coup de maître.

Organisateur : Association culturelle "Les Voix du lyrique" www.lesvoixdulyrique.com
Mireille de Gounod
Azur Symphonic Orchestra et chœurs de la région P.A.C.A.
Direction Musicale :
Cédric Clef ; mise en scène : Claudine Garcia ;
Technique et lumière : Pierre Garcia.
Distribution :
Mireille : Flora Fernández ; Taven : Rosemonde Bruno ; Vincenette/Andreloun : Pascale Barret ; Clémence/une voix : Gaëlle Comte ; Vincent : Bruno Comparetti ; Ourrias : Norbert Dol ; Ramon : Franck Martinelli ; Ambroise : Frederic Leroy  Le passeur/un Arlésien : Patrick Sabatier.

Dimanche 5 Août 2012 au Théâtre de Verdure de Gémenos, 20H45.
Jeudi 09 Août 2012 au Château Margillière à Brignoles.
Horaires : 20h45 ou dès 19h45 : dégustation des vins du domaine sera offert. Lundi 13 août au Lavandou, 20h45.
Photos :
1. Affiche ;
2. Théâtre de verdure de Gémenos.
Autres photos : Christian Dresse :
1. Mireille (Flora Fernández) ;
2. Vincent (Bruno Comparetti) ;
3. Ramon, Mireille, Vincenette, Ambroise, Vincent  (Martinelli, Fernández, Barret, Leroy, Comparetti) ;
4.Ourrias (Norbert Dol) ; 
5. Les amants malheureux;
6. Scène finale.

1 commentaire:

dol bruno a dit…

j'apprécie votre article et je vous propose de rajouter le site Officiel de l'association ' Les Voix du Lyrique ' auteur du festival Opéra Coté Jardin .

Rechercher dans ce blog